L’être humain à une capacité d’adaptation incroyable.

Au mois de mars, nous allions tous mourir.

Aujourd’hui, porter un masque est devenu normal et le virus est moins mortel que prévu.

On prédisait un crash économique.

Mais les pertes boursières ont été effacées en quelques mois.

La crise est bientôt terminée.

Tout va bien !

Plus de 15 000 milliards ont été levés pour soutenir l’économie

Le montant est tellement énorme qu’il est impossible de se le représenter.

Cet argent sert principalement à :

  • Faire des prêts aux entreprises pour leur éviter de faire faillite.
  • Payer le chômage technique des employés qui ne peuvent plus travailler.

L’économie est complètement subventionnée par l’argent publique.

 

La réalité derrière les milliards

La semaine dernière j’ai pris un verre avec un ami qui vient d’une famille d’industriels.

Ils ont des usines en France, en Suisse et dans les pays de l’Est.

Ils travaillent principalement pour l’aéronautique, les constructeurs automobiles et l’horlogerie.

Voici ce qu’il m’a dit.

 

Il n’y a plus de travail

Les usines pourraient continuer à fonctionner en respectant les règles de distanciation sociale, mais ils n’ont quasiment plus aucune commande.

L’industrie aéronautique est complètement à l’arrêt et les constructeurs automobiles tournent au ralenti.

Il n’y a que le secteur de l’horlogerie qui passe encore quelques commandes, le luxe survit toujours aux crises…

En France, sur 200 salariés, 180 sont au chômage technique.

En Suisse, sur 80 salariés, 70 sont au chômage technique.

Dans les pays de l’Est, faute d’une aide de l’état une centaine d’employés ont été licenciés.

 

On ne sait pas quand ça va reprendre

Selon lui, le pire est l’incertitude.

“On n’a aucune idée de quand on va pouvoir reprendre le travail, mais on sait que ça ne sera pas avant un moment, 6 mois, un an, peut être plus… On attend…”.

Et tout ne va pas repartir du jour au lendemain, surtout dans le secteur de l’aéronautique.

“Il y a tellement de commandes d’avions d’annulées qu’Airbus à 2 ans de stock d’avance sur les pièces qu’on fabrique pour eux… Ils nous disent qu’il ne faut pas compter sur une reprise avant 2022…”.

 

Le cours de l’or explose

Quand l’économie va bien, la bourse augmente et l’or baisse.

Quand l’économie ne va pas bien, la bourse baisse et l’or augmente.

C’est un principe de base qu’apprennent tous les économistes.

Mais il se passe quelque chose de jamais vu, la bourse augmente ET l’or augmente.

La crise est déjà là, mais elle est camouflée par les milliers de milliards des plans de relance.

Les marchés sont complètement déréglés.

 

L’attention est focalisée sur le virus

Les médias font les gros titres sur le virus, le nombre de nouvelles contaminations, les morts…

Mais ils ne parlent quasiment pas du nombre d’entreprises qui ferment.

Des usines, des restaurants, des hôtels, des PME…

La crise économique est là, mais on achète toujours autant de smartphones.

Télécharge gratuitement le guide :

10 ASTUCES POUR UN STOCK DE NOURRITURE SAIN ET EFFICACE

Ne fait pas les erreurs que 95% de la population !
Découvre comment te créer un stock de nourriture adapté à TES besoins.

cover-dossier-stock-nourriture

En bonus avec le guide : reçois des conseils de survie par emails.
Pas de blabla ou des tests de matériel, mais des conseils et astuces pratiques que tu pourras mettre en pratique dans ta vie de tous les jours.

La suite ?

L’argent n’est pas gratuit et les états s’endettent à des niveaux jamais vus.

Ils ne pourront plus subventionner l’économie indéfiniment.

Tôt ou tard, les milliards qui ont été prêtés devront être remboursés.

Les chômeurs ne retrouveront pas un emploi le lendemain de la découverte d’un vaccin.

Il faudra attendre des années avant que les emplois qui ont été détruits soient recréés.

Si tout se passe bien…

La vraie crise n’est pas encore arrivée.

6 Comments

  1. Loic

    12 août 2020 at 10 h 27 min

    Bonjour à tous,

    A mon petit niveau je peux dire ceci :
    – La plupart des travailleurs expats comme moi sont dans une situation assez critique. Je ne suis pas vraiment expat puisque je travaille en “rotation” (1mois/1mois). Dans notre milieu, la crise a fait des dégats puisque les déplacements se sont arrêtés du jour au lendemain.
    – Mon secteur est celui du pétrole. Ce dernier est quasiment à l’arrêt, ou vit sur ses acquis. Plus aucune dépense, plus aucun investissement, et ce, jusqu’à la reprise…..
    – Nous serons donc plusieurs dizaines de milliers, non comptabilisés dans les chiffres français, car travaillant pour beaucoup, au profit de boites étrangères.
    Le chomage partiel n’existe pas vraiment ailleurs qu’en France. Peut être car ils savent que ce qui est donné sera a payer plus tard.

    En attendant, on fait le dos rond. On reflechis à diversifier ses sources de revenus. Et on profite de la famille.

    La préparation pour moi était bien entamée. Mais on ne peut jamais être prêt pour tous les scénarios, ni dans tous les domaines.
    Mon point faible, c’était mon travail. Et il va donc falloir réfléchir à la suite dans un contexte de plus en plus difficile.

    Mon conseil: Faire face quoi qu’il arrive.

    Amicalement,

    1. Antoine

      12 août 2020 at 11 h 56 min

      Salut Loic,

      Merci pour ton témoignage c’est très intéressants.

      Malheureusement le secteur pétrolier est l’un de ceux qui ont pris le confinement en pleine face…

      Je ne sais pas quand la demande retournera à son niveau d’avant crise, mais ca devrait se compter en année. Et avec la surproduction qui a fait baisser les prix avant la crise ce n’est pas gagner…

      On ne se rend pas vraiment compte à quel point le système Francais nous protège pendant cette crise, évidemment on le paiera plus tard, mais pour l’instant la plupart des Francais n’ont pas encore senti à quel point la crise sera profonde.

      Bon courage pour la suite pour toi et ta famille !

  2. Jean Charles

    12 août 2020 at 9 h 04 min

    C’est sûr que certains se réjouissent de cette pandémie …
    Ne serait-ce qu’à mon boulot, il y en a qui jubilaient à l’idée d’une seconde vague, afin de vendre encore plus de gel hydro-alcoolique …

    1. Antoine

      12 août 2020 at 11 h 46 min

      Salut Jean-Charles,
      Si tu bosses dans l’industrie pharmaceutique, c’est surs que tes collègues doivent se frotter les mains.
      J’ai aussi des collègues qui se réjouissent, mais c’est pour retourner bosser en télétravail…

  3. Philippe

    12 août 2020 at 8 h 50 min

    Bonjour Antoine et merci pour cet article. J’ai confirmation par ailleurs que la véritable crise qui nous attend sous peu est d’ordre économique comme tu le précise, mais aussi sociale entre autres.
    Je lis depuis maintenant au moins 2 ans beaucoup d’articles provenant de sources qui ne proviennent surtout pas des médias mainstream et ce sur tous les sujets, et aucun n’entraîne l’optimisme. Ce qui nous attend s’appelle bien un effondrement . Nous nous trouvons exactement dans ce qu’avait parfaitement détaillé Piero San Giorgio. Si ce n’est qu’il y a un élément de plus : Le Covid. Mais celui ci n’est que de l’ordre de l’épidémie d’une bonne grippe et s’avère surtout un moyen bien pratique de justifier une crise économique prévisible depuis au moins 2008 puisque depuis tout le fonctionnement de la finance a été falsifiée par l’action de planche à billet (virtuelle puisqu’il suffit d’ajouter des 0 sur un chiffre de l’ordinateur). Il est aussi à mon sens un moyen extraordinaire de maîtrise des ^peuples et de leur soumission. Plus que jamais il faut se préparer en effet car l’échéance est très proche; beaucoup, et de plus en plus quelque soit leur conviction, parlent de l’automme

    1. Antoine

      12 août 2020 at 11 h 50 min

      Salut Phillipe,
      Effectivement, les crises économiques favorisent les crises sociales.
      Moins de travail => Plus de précarité => Plus de tensions sociales.
      Le système était bancal depuis un moment et le Covid est l’élément extérieur et imprévu qui risque fort de le faire basculer.

Leave a Reply