Le gouvernement français est en train de mettre en place son plan secret.

Il va volontairement contaminer une partie de la population !

Je te rassure, ce n’est pas une théorie du complot.

Ce n’est pas un coup des illuminatis ou de francs-maçons.

Mais de mathématiciens spécialisés dans la propagation des maladies.

 

Le concept de l’immunité collective

J’ai déjà brièvement expliqué ce concept dans mon article sur la théorie des vagues de pandémies.

Pour faire simple, une fois que suffisamment de personnes auront été infectées et immunisées, le virus n’arrivera plus à se propager aussi facilement que maintenant.

Les immunisés formeront une sorte de barrière protectrice autour des personnes qui ne le sont pas. 

L’immunité collective signe la fin de la pandémie et de la catastrophe sanitaire

C’est exactement le même concept que pour les vaccins.

Le vaccin de la rougeole, par exemple, a un taux d’efficacité de 97%[1].

On pourrait s’attendre à ce que les 3% des personnes pour lesquelles le vaccin de fonctionne pas soient infectées.

Mais elles ne le sont pas, elles sont protégées par celles chez qui le vaccin fonctionne. 

Pour que l’immunité collective fonctionne correctement, il faut que les personnes ayant déjà été infectées ne puissent pas l’être à nouveau.

C’est ce paramètre qui pourrait poser problème…

J’en reparle plus loin.

 

Quel pourcentage de la population doit être immunisé pour stopper le covid-19 ?

Le covid-19 est encore mal connu, de nouvelles découvertes sont faites tous les jours.

La pandémie évolue au quotidien et personne n’est sûr de rien.

Dans cette situation, difficile de prévoir l’évolution du virus et d’élaborer une stratégie fiable pour protéger la population.

Les spécialistes estiment qu’il faudrait qu’entre 50% et 70% de la population soit contaminée pour freiner efficacement, voire stopper,  la pandémie [2].

Ça peut paraître beaucoup, mais comparé à d’autres virus, nous sommes plutôt chanceux.

Pour la varicelle, par exemple, qui est l’une des maladies les plus contagieuses, il faut compter 95% !

 

Où en est la propagation de la pandémie en France ?

Les spécialistes estiment qu’au 11 mai, date de la fin du confinement, entre 5% et 6% des Français auront été infectés par le coronavirus [3].

Parmis eux, la plupart seront guéris ou n’auront pas développé de symptômes.

Ceux-là seront considérés commes immunisés.

Mais, 5%/6% c’est peu, vraiment très peu.

Nous sommes bien loin des 60% requis pour que l’immunité collective fonctionne.

Le confinement est très efficace.

Trop pour que l’immunité collective fonctionne.

Pour atteindre un niveau suffisant, il faut changer de stratégie de défense.

Il faut que de nouvelles personnes soient infectées.

Beaucoup d’autres…

 

Le véritable objectif du déconfinement !

L’argument officiel est qu’il faut relancer l’économie.

C’est un argument qui est tout à fait valable, l’économie a subi de plein fouet la pandémie.

Les aides massives des différents Etats ont permis de stopper le crash.

Mais il faut que la population retourne au travail pour la faire repartir.

La véritable raison de la prochaine fin du déconfinement est cachée.

C’est de créer davantage de contact au sein la population.

Davantage de nouvelles contaminations.

Et donc davantage de personnes immunisées.

Mais aussi davantage de morts…

Combien de morts seront nécessaires pour atteindre l’immunité collective ?

C’est la grande question, celle que tout le monde se pose.

C’est aussi la raison qui explique le silence du gouvernement sur ce plan.

Ils n’assument pas de devoir “tuer” des citoyens.

Même si c’est pour en sauver d’autres.

À l’heure où j’écris ces lignes, en France,  il y a officiellement 21 000 morts dus au covid-19.

Mais en réalité, ils sont sûrement plus nombreux. Entre les Ehpad, les décès à domicile et les personnes non testées, de nombreux cas échappent au comptage officiel.

Je vais me permettre de faire une estimation du nombre de morts “nécessaire” pour atteindre l’immunité collective.

Le chiffre qui va suivre est une estimation basée sur des données peu fiables.

Il faut donc prendre le résultat avec des pincettes.

Voici les données sur lesquelles je me base :

  • 21 000 morts au 23 avril (chiffres sûrement sous-évalués)

  • Une moyenne de 500 morts par jour jusqu’au 11 mai (moyenne basse)

  • 60% d’immunisés nécessaire pour atteindre l’immunité collective

  • 6% de la population sera immunisé (ou en voie de l’être) au 11 mai (estimation haute)


Prévision du nombre de morts au 11 mai : 21 000 + (500 * 18) = 30 000

Pour que 6% de la population soit infecté, il faut donc compter 30 000 morts.

Nombre de morts pour 60% de la population immunisé : 10 * 30 000 = 300 000.

Pour atteindre les 60% d’immunisés, on peut donc prévoir environ 300 000 morts.

 

300 000 morts, c’est seulement si TOUT se passe bien

Si tu es choqué par ce chiffre, attends la suite…

En situation de crise, les choses se passent rarement comme prévu.

Pour que l’immunité collective fonctionne, tout repose sur une chose : le fait que les infectés ne peuvent plus l’être à nouveau.

Et c’est là qu’il y a un problème.

Ou plutôt deux problèmes.

 

Le problème de l’immunité temporaire

Pour le covid-19, rien ne prouve qu’on ne peut pas être infecté une deuxième fois. 

Les cas de secondes infections se multiplient.

Selon Frédéric Tanguy, spécialiste des virus à ARN du département de virologie de l’Institut Pasteur de Paris :

“L’immunité n’est probablement pas de long terme. […] Il est probable que chez tous les gens qui ont été infectés, l’immunité dure 3 à 6 mois. Si elle durait moins, ce serait exceptionnel pour un virus de ce genre. » [4].

Concrètement, ça signifie qu’il est possible de retomber malade du covid-19 quelques mois seulement après avoir été guéri.

Si c’est le cas, la stratégie d’immunité collective ne fonctionnera pas.

Le problème de la mutation du virus

Les virus de la famille du coronavirus sont connus pour muter très facilement.

Et c’est exactement ce que fait le covid-19 [5].

Prenons l’exemple du virus de la grippe, qui est assez proche du covid-19 :

  • Tous les ans, le virus de la grippe mute.

  • Tous les ans, un nouveau vaccin est nécessaire (avec une efficacité très aléatoire comprise entre 40% et 90% [6]).

  • Tous les ans, tu peux être infecté par la grippe et tomber malade.


L’immunité collective ne fonctionne donc pas avec le virus de la grippe.

Il mute trop rapidement. 

Si le covid-19 se comporte comme celui de la grippe, la stratégie d’immunité collective ne fonctionnera pas.

 

La stratégie de l’immunité collective ne sert à rien ?

Au vu des deux problèmes soulevés et des premiers résultats, on peut penser que c’est une stratégie qui a, au mieux, une efficacité limitée.

Le problème est qu’actuellement, il n’y a pas d’autre possibilité.

C’est ça … ou rien.

Et comme le confinement nuit trop à l’économie pour être maintenu sur le long terme,

Mieux vaut tenter de créer une immunité collective que ne rien faire.

Il faut donc s’attendre à une série de :

  1. Déconfinement

  2. Augmentation des infections

  3. Saturation des hôpitaux

  4. Confinement

  5. Baisse du nombre d’infectés

  6. Déconfinement

  7. ….


Si tu veux plus d’informations sur le processus des vagues de pandémies, tu peux (re)lire mon article sur le sujet : https://www.apprendre-preparer-survivre.com/pandemie-theorie-vagues-expliquee-simplement/ 

 

Quelle est La bonne solution ?

À long terme et en espérant que le covid-19 ne mute pas trop, la solution est un vaccin.

À court terme, la réponse est simple.

Il n’y a pas de solution.

 

Prépare-toi !

 

Antoine

Apprendre Préparer Survivre

Source : 

[1] https://www.infovac.ch/fr/21-faqs-fr/efficacite-des-vaccins-fr/156-efficacite-de-la-vaccination-contre-la-rougeole

[2] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2632105-immunite-collective-definition-taux-de-letalite-france-coronavirus-strategie-risque-suede-efficacite/

[3] https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/covid-19-57-des-francais-auront-ete-infectes-dici-au-11-mai-le-confinement-aura-diminue-les-nouveaux

[4] https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/covid-19-encore-incertaine-la-duree-dimmunisation-post-infection-pourrait-etre-de-quelques-mois

[5] https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32234-L-Europe-touchee-souche-la-mortelle-coronavirus

[6] https://www.infovac.ch/fr/les-vaccins/par-maladie/grippe

3 Comments

  1. Sylvain Larbepenet

    26 avril 2020 at 0 h 29 min

    Je suis d accord avec toi mais le virus a déjà mute et mute encore ce qui fait que pour les gens déjà immunisés ils ne seront que moins affectés lors d une seconde ou 3e contamination. Ç est la particularité des virus h1n1 dont fait parti Covid-19 ç est de s adapter systématiquement et rapidement à leur nouvel environnement. On assiste ni plus ni moins qu à l éclosion du petit fils de la grippe espagnole qui a fait en moyenne estimée 80 millions de morts Avec l énorme différence ç est que maintenant grâce à l avion le virus fait le tour du monde en 1 vingtaine d heures au lieu de 4 mois à l époque.. Et comme dans toute guerre il faut donc être prêt à subir un pourcentage plus ou moins élevé de pertes directes et collatérales….

  2. LongueAttente

    24 avril 2020 at 13 h 40 min

    Bonjours à toutes et à tous (de loin bien sur).
    Le petit bout qui manque : Le(s) CoVid-19 à déjà muté. Exemples : Celui de NYC n’est pas le même que celui de Washington ou lire les nouvelles de mercredi en provenance de la ville chinoise de Harbin : nouvelle souche beaucoup moins détectable…
    Ce qui implique qu’un vaccin, à moins d’être extrêmement générique, ne fonctionnera pas. Notre monde vas devoir apprendre à vivre avec ce virus car il n’y auras pas d’immunité collective possible. Comme la grippe ou le vaccin est celui de la souche de l’année précédente (donc plus utile) ou de celle que l’on prévoit d’avoir…. (40% de succès).

    Mon conseil perso : faites un potager, le plus grand possible et inciter vos amis, famille, connaissances, etc… à en faire un. Si vous n’avez qu’un balcon ou une fenêtre, potager en pots, mais potager quand même.

  3. Flo

    24 avril 2020 at 10 h 53 min

    Bonjour,
    je pense aussi effectivement qu’une immunité collective est une bonne chose mais en plus je pense que les tests et le confinement obligatoire des personnes malades seraitaussi une autre bonne solution.

Leave a Reply