Salut Camarade,

L’autonomie alimentaire, ça vend du rêve.

Mais dans la réalité… C’est un investissement énorme !

En énergie, mais surtout en temps.

 

Le temps, ton principal obstacle vers ta résilience alimentaire

J’adore jardiner, c’est un réel plaisir.

Mais pour un minimum d’autosuffisance alimentaire, il faut passer un temps fou au potager.

Et comme moi, tu as sûrement déjà un emploi ou une famille qui t’empêchent de passer 4 heures par jour au jardin…

Dans tout ce que j’entreprends, je cherche à avoir le maximum de résultats pour le minimum d’investissement.

Au potager, ça se traduit par le plus de production possible pour le minimum de temps passé à semer, arroser, entretenir, etc.

Si toi aussi tu cours après ton temps, j’ai trouvé une astuce qui va t’intéresser.

 

Les légumes perpétuels : un maximum de récoltes pour un minimum d’efforts !

Ces plantes “perpétuelles”, ce sont les légumes vivaces.

Leurs cycles de vie s’étalent sur plusieurs années et ils produisent pendant 5 à 10 ans presque sans intervention de ta part.

Ils se distinguent donc largement des espèces annuelles que tu dois

replanter chaque année.

Ils ont beaucoup d’avantages, ils sont notamment :

  • Vigoureux : ils résistent bien mieux aux maladies ;
  • Peu exigeants : pas besoin de travailler ton sol, peu d’engrais, pas d’arrosage intensif, etc. ;
  • Autonomes : ils se reproduisent seuls ;
  • Fiables : ils assurent une production régulière voire continue sur l’année ;

Grâce à eux, tu peux gagner en temps, en énergie et en autonomie !

 

Je t’ai sélectionné 5 légumes perpétuels à planter dès maintenant !

Je les ai choisis en fonction de leur résistance aux maladies, de leur productivité et de leur adaptation aux différents sols.

Pour chacun d’entre eux, je te donne des conseils de culture : ensoleillement, plantation, engrais, entretien…

Je t’explique également quoi faire après la récolte, comment les consommer, les cuisiner, les conserver…

Bref, toutes les informations nécessaires pour te lancer !

 

Télécharge ton dossier “Autonomie alimentaire : 5 légumes perpétuels”

Ces 5 légumes, je les ai compilés dans un dossier PDF.

Il contient les fiches détaillées pour chacun des légumes perpétuels que je t’ai sélectionné.

A l’intérieur tu trouveras :

  1. Le chou perpétuel de Daubenton (Brassica oleacerae) ;
  2. La glycine tubéreuse ou « haricot sauvage » (Apios americana) ;
  3. Le topinambour (Helianthus tuberosus) ;

Clique sur le bouton ci-dessous pour télécharger ton dossier :

N’hésite pas à transférer cet email autour de toi, la connaissance est faite pour être partagée !

 

Si tu as des légumes perpétuels a recommander, partage-les dans les commentaires.

 

Prépare-toi !

 

Antoine

Apprendre Préparer Survivre

5 Comments

  1. jmd

    16 avril 2021 at 20 h 55 min

    bonsoir
    pour avoir un produit disponible 6 mois de l’année je conseillerais le butternut

  2. Danielle

    16 avril 2021 at 11 h 26 min

    Merci Antoine pour le partage des idées et pour la glycine tubéreuse, celle là je ne la connaissais pas.
    L’an dernier j’ai planté des poireaux perpétuels, ils étaient maigres comme un clou, j’ai du les tuteurer avec des brochettes bois, et je pensais qu’ils ne tiendraient pas l’hiver….et en début de printemps j’ai eu une bonne surprise…..ils s’étaient bien multipliés, il y a plein de jeunes pusses tout autour, qui sont bien dressées, pleines de vigueur!…..Je pense qu’ils sont bien partis!.
    Bonne journée
    Danielle.

  3. Valérie PUYDARRIEUX

    14 avril 2021 at 14 h 35 min

    Bonjour à tous, et merci Antoine pour ce dossier. En ce qui me concerne j’ai 2 plantes intéressantes :
    – Nous avons depuis 20 ans des petits poireaux sauvages dans notre “jardin” (en fait il en pousse partout, compris dans notre allée de cailloux !). Ils ressemblent vraiment aux poireaux cultivés, mais en plus fins. Au début c’est plus fin qu’un crayon et ça épaissit au fil des ans.
    C’est une plante vraiment intéressante car on ne l’arrache pas, on le coupe au-dessus du pied et il repousse un peu plus gros. Le goût est très marqué. Je l’utilise en soupe, mais aussi dans mes plats mijotés : 1 seul suffit pour donner un très bon goût à mon fond de sauce.
    Quand il monte en fleur, on peut manger les petites fleurs violettes puis les graines, mon fils en est très friand ! C’est très bon dans une salade. Si on n’y touche pas, il se resème de lui-mème.
    – J’ai aussi de la livèche ou céleri perpétuel : ça disparaît chaque hiver mais réapparaît au printemps. On l’utilise davantage en assaisonnement. C’est très aromatique.
    Bonne journée à tous !

  4. cosquer

    13 avril 2021 at 20 h 22 min

    Bonjour a toutes et a tous
    je me suis fait mon coin de paradis en montagne et depuis un certain avec ma compagne on s’interesse aux plantes comestibles. Le guide d’Antoine m’a encore appris des choses tres utiles et je le remercie et j’aimerai vous faire decouvrir si vous ne connaissez pas deja le site comment-economiser.fr et son articles sur les 24 plantes commestibles facile a reconnaitre ! tres utile et surtout tres bon j’ai testé quelques une de ces plantes.
    Le plantin en plus d’etre tres bon est un super anti-inflammatoire et anti-infectieux.
    Un truc aussi a savoir pour la bourrache par exemple c’est que souvent ces plantes sont hyper amères et que de les cuire en 2 ou 3 fois et en les rinçant a chaque cuisson on peut enlever une grosse partie de l’amertume et se regaler.
    Quel bonheur de se nourrir de sa cueillette !
    merci en tous les cas a Antoine pour son super site !!
    hervé

  5. Garziz Valente

    13 avril 2021 at 9 h 47 min

    Salut la communauté ! Moi j’avais planté de la poirée qui s’est autosemée et qui résistait aux gelées ce qui fait que j’en avais toute l’année et cela pendant des années !

Leave a Reply